Suicide bombers II

Philippe Gouillou - 8 April 2003 - http://www.evopsy.com/breves/suicide-bombers-ii.html
Tags : Religion, SexComp, Society
Une autre approche pour expliquer le développement des “suicide bombers” : Mark Harrison considère qu'il s'agit d'un contrat individuel entre l'organisation terroriste et l'individu, dont le prix est l'identité du candidat.
 
Une autre approche pour expliquer le développement des “suicide bombers” : Mark Harrison considère qu'il s'agit d'un contrat individuel entre l'organisation terroriste et l'individu, dont le prix est l'identité du candidat.

<

p>Stop Hamas Terror by Josh Evnin

Mark Harrison [1] remarque que les explications habituelles du développement des suicide bombers au Moyen-Orient ne sont pas suffisantes. Il constate notamment que l'hypothèse de la motivation religieuse présente 4 faiblesses : #1 : les religions interdisent le suicide ; #2 : beaucoup des combattants suicides ont agits indépendamment de la religion (ex. : les nazis et les Kamikazes) ; #3 : le suicide se retrouve dans de nombreuses cultures ; et #4 : une explication au niveau du groupe ne permet pas d'expliquer qui commettra l'acte.

L'explication selon lui se trouve dans un contrat individuel entre l'organisation terroriste et le candidat au niveau de l'identité de ce dernier. Harrison considère en effet que chacun se positionne auprès des autres selon un modèle particulier, et que comme la réputation est une valeur, l'identité, c'est-à-dire l'ensemble de la réputation et de la perception de soi en fonction du modèle choisi, est aussi une valeur importante. Le suicide s'expliquerait comme la résolution d'une opposition entre la vie et le maintien de cette identité : “la femme meurt en allant essayer de sauver son enfant dans une maison en feu parce que elle aurait eu à vivre sans son identité de mère aimante”. Pour Harrison, donc, le candidat au suicide offrirait à l'organisation terroriste son action en échange de la consécration de son identité de martyr. Il constate d'ailleurs que le candidat bénéficie par avance de cette consécration dans les quelques jours précédant l'acte où il va annoncer son geste à tout son entourage (ce qui de plus l'engage).

Selon ce modèle, le nombre de candidats au suicide devrait baisser au fur et à mesure : “chaque nouveau martyr est en compétition (pour sa réputation) avec tous les autres martyrs déjà commémorrés. Ainsi, la distinction attachée à l'identité d'un martyr pourrait diminuer avec l'augmentation du nombre de martyrs récents.”

Il reste à étudier quelles sont les circonstances où un tel contrat est intéressant pour le candidat. Il ne s'agit en effet pas d'une situation imposée, comme celle où la mère va chercher à sauver son enfant, mais d'une situation choisie : le candidat est… candidat. Pour Harrison, le choix de cette identité particulière de martyr serait liée à : #1 : l'adolescence, et aux risques d'erreurs de choix d'identité (par exemple quelqu'un ayant fondé son identité sur un modèle qu'il ne peut suivre sera fragilisé quand il lui faudra abandonner cette identité pour un modèle plus réaliste) ; #2 : l'environnement oppressif tel celui créé par une situation d'occupation et d'humiliation.

Voir Suicide bombers et psychologie évolutionniste

[1] “The Logic of Suicide Terrorism” a été présenté par Pr Harrison à la conférence “Weapons of Catastrophic Effect : Confronting the Threat” du Royal United Services Institute for Defence Studies, 12-14 février 2003, et est publié dans RUSI Security Monitor de février 2003. Un projet d'article plus long est disponible on line en format pdf : “Suicide Terrorism

Photo : Stop Hamas Terror by Josh Evnin – License CC By