Le QI des immigrants selon Goddard (1917) revu par Snyderman et Herrnstein

Philippe Gouillou - 1 October 2005 - http://www.evopsy.com/breves/qi-immigrants-goddard-1917.html
Tags : History, IQ, Réinformation
Un autre mythe qui s'écroule : les immigrants US n'ont PAS vu leur QI fortement augmenter !
 
Les “adversaires” du QI citent souvent comme exemple l'étude de Goddard de 1917 qui avait trouvé un QI très faible chez les nouveaux immigrants aux USA. Dans un article de 1983, Mark Snyderman et R.J. Herrnstein affirment que cette étude n'avait pas pour objectif de déterminer le QI moyen des immigrants, mais de valider si les bas QI pouvaient être détectés par un test d'intelligence, et que pour ce faire son échantillon ne comprenait que des personnes présentant des symptômes de limite de handicap intellectuel. Dans ce cadre, affirmer que les chiffres de Goddard concernaient l'ensemble de la population équivaudrait à affirmer que l'ensemble de la population souffre d'une forte fièvre puisqu'un grand nombre de ceux présentant des symptômes de maladie ont effectivement une forte fièvre.

Dans son étude, Goddard avait trouvé que "83% des Juifs, 80% des Hongrois, 79% des Italiens et 87% des Russes étaient ‘faibles d'esprit'" (Kamin, 1974 p 16). Vu que les descendants des immigrants de cette époque n'ont pas présenté le même QI, il était facile pour les critiques d'affirmer que soit le QI ne veut rien dire, soit il est très fortement influencé par les circonstances environnementales. Dans un article paru en septembre 1983 dans American Psychologist Snyderman et Herrnstein remarquent (gras ajouté) :

Les chiffres indiqués par Kamin (1974) sont bien ceux de Goddard, mais sur d'autres aspects le rapport de Kamin est trompeur. Par exemple, Kamin néglige de préciser que Goddard avait préselectionné son échantillon de nouveaux émigrants à Ellis Island (New York) pour éliminer à la fois "les visiblement faibles d'esprit" et les "visiblement normaux" (p 244). Dans cette petite étude (178 testés, tous ayant voyagé en dernière classe), Goddard n'essayait pas de quantifier les populations immigrantes, mais de promouvoir l'utilisation d'un instrument d'observation présumé objectif, son test d'intelligence, en démontrant son abilité à discriminer parmi des personnes présentant des signes d'intelligence limite. [1]

En d'autres termes, selon Snyderman & Herrnstein, l'étude de Goddard n'avait pas pour objectif de déterminer le QI moyen, mais de montrer la sensibilité de son outil dans des cas limites. L'action de Goddard était donc équivalente à celle du chercheur médical qui voudrait vérifier la validité d'un nouveau type de thermomètre en le testant sur des personnes présentant des signes non évidents de fièvre. Si ce nouveau thermomètre trouvait que 80% de l'échantillon présente une température supérieure à 39°, en déduirait-on que 80% de la population générale souffre de forte fièvre ?

L'article de Snyderman et Herrnstein va beaucoup plus loin : son objectif est de montrer que les tests de QI réalisés à l'époque n'avaient pas eu d'influence sur le choix politique de restreindre l'immigration aux USA en 1924. Il répond ainsi à Gould qui, selon Jeremy Bernstein dans le New Yorker (1982) avait affirmé que les tests d'intelligence "étaient la cause principale de la mort d'un nombre énorme de Juifs qui n'avaient pas pu immigrer dans ce pays [USA] dans les années 1930" [2].

NOTES :

<

p>

  1. Traduction personnelle. Original en anglais :
      "The numbers Kamin (1974) gives are indeed reported by Goddard, but in other respects Kamin's account is misleading. For example, Kamin neglects to mention that Goddard preselected his sample of entering immigrants at Ellis Island in New York to eliminate both the "obviously feeble-minded" and the "obviously normal" (p 244). In this small study (178 subjects, all of them steerage passengers), Goddard was not trying to quantify immigrant populations, but to promote the use of a presumably objective screening instrument, his intelligence test, by demonstrating its ability to discriminate among people of apparently boderline intelligence."
  2. Traduction personnelle. Original en anglais :
      "this [intelligence testing] was the primary cause of the death of an enormous number of Jews who could not immigrate to this country in the nineteen-thirties"

SOURCES CITÉES :

<

p>

  • Bernstein, J (1982) : "Who was Christy Matewson?", New Yorker, April 12, 1982, pp 144-153
  • Kamin, L.J. (1974) : The science and politics of I.Q Potomac, Md  : Erihaum, 1974
  • Snyderman & Herrnstein (1983) : "Intelligence Tests and the Immigration Act of 1924", American Psychologist, Septembre 1983, pp 986-995