Beauté : le visage des femmes, ça ne compte que pour le long terme

Philippe Gouillou - 22 August 2010 - http://www.evopsy.com/breves/beaute-visage-long-terme.html
Tags : Beauty, SexComp
Les hommes, mais pas les femmes, changent de critères physiques selon qu'ils cherchent une relation courte ou une relation longue, c'est maintenant démontré.
 
Les hommes, mais pas les femmes, changent de critères physiques de choix selon qu'ils cherchent une relation courte ou une relation longue, une étude vient de le confirmer.

Confer et al. ont classé des hommes et des femmes en deux groupes et leur ont demandé d'évaluer leur intérêt pour une relation avec une personne du sexe opposé à partir de sa photo, soit pour une relation à court terme (premier groupe) soit pour une relation à long terme (l'autre groupe). Les participants ne pouvaient pas voir la photo de l'individu évalué en totalité, mais devaient choisir soit à partir de son corps, soit de son visage, jamais les deux. L'étude a montré que les hommes, et seulement eux, dévoilaient significativement plus le corps que le visage quand ils étaient assigné au groupe des “court terme”.
Cette petite (N=375) étude astucieuse a donc permis de confirmer une croyance répandue.

A voir sur Evopsy : [intlink id=”46″ type=”post”]Concepts : Qu'est-ce que la beauté ?[/intlink]

Références

Confer, J. C., Perilloux, C., & Buss, D. M. (2010). More than just a pretty face: men's priority shifts toward bodily attractiveness in short-term versus long-term mating contexts. Evolution and Human Behavior, 31(5), 5. doi: 10.1016/j.evolhumbehav.2010.04.002.

Traduction de l'Abstract
Les études sur l'attraction physique ont longtemps insisté sur les caractéristiques des visages et corps attirants, comme la symétrie, la texture de la peau et le ratio Taille/Hanche (WHR). Peu d'études, cependant, ont examiné les indices pertinents pour la reproduction transmis par les visages et les corps en global. En se basant sur la prémisse que les indices de fertilité sont plus facile à détecter sur le corps d'une femme que sur son visage, cette étude a testé l'hypothèse que les hommes évaluant une partenaire sexuel pour le court terme accorderaient une plus grande priorité aux informations obtenues depuis le corps que depuis le visage, comparativement aux hommes évaluant une partenaire pour une relation longue. Il a été demandé à des participants hommes et femmes (N=375) de considérer une rencontre avec un individu de l'autre sexe, dont le visage était caché par une “face box” et dont le corps était caché par une “body box”, soit pour le court terme ou pour le long terme. Avec l'instruction que seulement une des boites pouvait être enlevée pour prendre leur décision d'engagement sur la durée imposée, significativement plus d'hommes assignés aux relations à court terme ont enlevé la “body box” que ceux assignés aux relations à long terme. Le choix des femmes pour le visage où le corps est apparu au contraire indépendant de la durée de la relation pré-imposée. Ces résultats suggèrent que les hommes, mais pas les femmes, ont une tendance adaptative à donner la priorité aux indices faciaux pour les relations à long terme, mais basculent leur préférence pour les relations à court terme.

Abstract
Studies of physical attractiveness have long emphasized the constituent features that make faces and bodies attractive, such as symmetry, skin texture, and waist-to-hip ratio. Few studies, however, have examined the reproductively relevant cues conveyed by faces and bodies as whole units. Based on the premise that fertility cues are more readily assessed from a woman's body than her face, the present study tested the hypothesis that men evaluating a potential short-term mate would give higher priority to information gleaned from her body, relative to her face, than men evaluating a potential long-term mate. Male and female participants (N=375) were instructed to consider dating an opposite sex individual, whose face was occluded by a “face box” and whose body was occluded by a “body box,” as a short-term or long-term mate. With the instruction that only one box could be removed to make their decision about their willingness to engage in the designated relationship with the occluded individual, significantly more men assigned to the short-term, compared to the long-term, mating condition removed the body box. Women's face versus body information choice, in contrast, was unaffected by the temporal dimension of the mating condition. These results suggest that men, but not women, have a condition-dependent adaptive proclivity to prioritize facial cues in long-term mating contexts, but shift their priorities toward bodily cues in short-term mating contexts.