On a trouvé comment augmenter la mémoire des femmes

Philippe Gouillou - 13 Septembre 2011 - http://www.evopsy.com/abstracts/memoire-femmes.html
Tags : Memory, Testoterone, Women
Une femme retiendra mieux un objet qui lui est montré si un homme avec une voix grave lui nomme cet objet en même temps. Attention il faut les deux : il faut que ce soit un homme (les femmes n'ont aucun effet) et qu'il ait une une voix grave (les voix trop aigües peuvent avoir un effet négatif).
 

Les auteurs pensent qu’ils ont là du premir exemple d’adaptation de la mémoire au fitness, adaptation qui apparaît comme logique et qui avait été prévue, mais qui n’avait pas été encore démontrée. Ils remarquent de plus que la tonalité (grave / aigüe) de la voix est un indicateur de masculinité de l’homme, or celle-ci a un bon et un mauvais côté (un homme trop masculin s’engagera moins dans l’éducation des enfants, même si la paternité lui fera perdre une partie de sa masculinité 1), ce qui augmente son importance pour la femme dans son choix de partenaire.

Référence

Smith, D. S., Jones, B. C., Feinberg, D. R., & Allan, K. (2011). A modulatory effect of male voice pitch on long-term memory in women: evidence of adaptation for mate choice? Memory & cognition. doi:10.3758/s13421-011-0136-6

Traduction de l’Abstract

Selon une perspective fonctionnelle, la mémoire humaine devrait être orientée vers les informations ayant une valeur adaptative pour son propre fitness reproductif. Quoiqu’il y ait de plus en plus d’exemples de sensibilité aux informations liées à la survie, les liens spécifiques entre la mémoire et l’information qui pourrait avoir un impact sur le fitness reproductif n’ont pas encore été découverts. Ici, au travers de deux expériences, nous montrons que la mémoire des femmes est sensible à la hauteur de la voix masculine, un signe de distinction sexuelle important pour le choix de partenaire parce qu’il sert non seulement comme un indicateur de qualité génétique, mais pourrait aussi indiquer des traits comportementaux indésirables chez un partenaire à long terme. Dans l’expérience 1, nous montrons que la mémoire visuelle des femmes est significativement améliorée quand le nom d’un object est dit pendant la mémorisation avec une voix masculine (i.e. grave) comparativement à une voix féminisée (plus aigüe) mais que cet effet ne se retrouve pas quand le nom est dit par une voix de femme. La deuxième expérience a reproduit ce résultat, en y ajoutant qu’augmenter ou diminuer la tonalité de la voix augmentait ou réduisait respectivement la mémoire des femmes, en relation à une voix non manipulée. Cet effet modulatoir de l’indicateur de dimorphisme sexuel dans la voix masculine pourrait révéler une adaptation au choix de partenaire dans la mémoire des femmes, sculptée par l’évolution en réponse au dilemme posé par le double-tranchant de la masculinité des hommes

Abstract

From a functionalist perspective, human memory should be attuned to information of adaptive value for one’s survival and reproductive fitness. While evidence of sensitivity to survival-related information is growing, specific links between memory and information that could impact upon reproductive fitness have remained elusive. Here, in two experiments, we showed that memory in women is sensitive to male voice pitch, a sexually dimorphic cue important for mate choice because it not only serves as an indicator of genetic quality, but may also signal behavioural traits undesirable in a long-term partner. In Experiment 1, we report that women’s visual object memory is significantly enhanced when an object’s name is spoken during encoding in a masculinised (i.e., lower-pitch) versus feminised (i.e., higher-pitch) male voice, but that no analogous effect occurs when women listen to other women’s voices. Experiment 2 replicated this pattern of results, additionally showing that lowering and raising male voice pitch enhanced and impaired women’s memory, respectively, relative to a baseline (i.e., unmanipulated) voice condition. The modulatory effect of sexual dimorphism cues in the male voice may reveal a mate-choice adaptation within women’s memory, sculpted by evolution in response to the dilemma posed by the double-edged qualities of male masculinity.

Notes


  1. Une étude publiée ce mois a démontré que les hommes célibataires ayant le plus haut taux de testostérone ont plus de chances d’être pères dans les années à venir (4 ans et demi dans l’étude) ET que cette paternité fera chuter leur taux de testostérone :
    Gettler, L. T., McDade, T. W., Feranil, A. B., & Kuzawa, C. W. (2011). Longitudinal evidence that fatherhood decreases testosterone in human males. Proceedings of the National Academy of Sciences, 1105403108-. [doi]10.1073/pnas.1105403108[/doi]