BIGI : une nouvelle mesure des inégalités de genre

Philippe Gouillou - 11 Janvier 2019 - http://www.evopsy.com/abstracts/bigi-geary-stoet-2019.html
Tags : SexDif, Women
Stoet & Geary (2019) ont créé le BIGI qui quantifie dans chaque pays à quel point les hommes (chiffre positif) ou les femmes (chiffre négatif) s'en sortent mieux, en prenant pour critères équipotants l'éducation, la durée de vie en bonne santé, et la satisfaction de vie globale.
 

Présentation

Stoet & Geary1 (2019) ont remarqué que les mesures actuelles des inégalités de genre, comme le Global Gender Gap Index (GGGI) du Forum économique mondial (Forum de Davos), sont fortement biaisées en faveur des femmes, or ce sont elles qui servent à fonder des politiques. Sur leur site dédié à l'étude ils remarquent notamment2 :

  • Par définition, le GGGI exclut la possibilité que les hommes puissent être en moins bonne position que les femmes — parce que le GGGI se concentre sur l'avancement des femmes
  • Le GGGI utilisent des indicateurs qui ne sont pertinents que pour très peu de personnes, comme par exemple le nombre de femmes politiciennes aux plus hauts niveaux
  • Le GGGI inclut des indicateurs qui peuvent indiquer plus un choix qu'une discrimination, comme le nombre de personnes qui choisissent une éducation supérieure

Common Questions about BIGI

Ils ont donc refait tous les calculs en prenant pour critères (équipotants) l'accès à l'éducation des enfants, la Durée de vie en bonne santé, et la Satisfaction de vie globale, pour créer le BIGI (Basic Indicator of Gender Inequality).

Pour chaque critère, l'indicateur est calculé en divisant le score d'un sexe (toujours la valeur la plus faible3) par le score de l'autre, puis en soustrayant 1 au résultat obtenu. Par exemple, si le score féminin est de 78 et celui masculin de 80, la formule utilisée est : (78 / 80) - 1 = 0,975 - 1 = -0,025.

En complément, comme un BIGI proche de zéro (signifiant une forte égalité) peut être obtenu par la compensation de valeurs de sens opposés sur les trois critères, les auteurs ont créé une valeur absolue des différences (qui n'intègre donc pas quel sexe est favorisé) : l'AADP = Average Absolute Deviation from gender Parity (les deux mesures sont corrélées à 0,69).

L'étude est en Open Access (Plos One), et les auteurs ont mis les données en ligne sur un site dédié (BIGI).

Moyennes

En moyenne4, les femmes ne sont que très légèrement favorisées (-0,000643664) du fait de leur très mauvaise situation sur le critère Education qui compense presque exactement leurs avantages en termes de Durée de vie en bonne santé (-0,050988239) et de Satisfaction de vie globale (-0,010968269).

Pour comparer avec les moyennes, le tableau suivant ajoute les trois premiers pays sur le BGI, l'AADP, et le HDI, et la France :

Country AADP rank BIGI rank HDI Rank BIGI AADP Education Healthy Life Span Overall life sastisfaction HDI
Moyenne - - - -0,000643664 0,06224041 0,060105933 -0,050988239 -0,010968269 0,721173507
Italy 24 1 24 0,00021 0,026953 0,001775 -0,040114 0,03897 0,88025
Bahrain 1 12 43 -0,007938 0,007938 -0,01264 0 -0,011173 0,8205
Norway 7 39 1 -0,019498 0,01865 -0,004167 -0,033033 -0,01875 0,946
France 22 43 20 -0,021771 0,025667 -0,0043 -0,066856 0,005844 0,892

Corrélations

Les corrélations5 sont :

CORRELATIONS BIGI AADP Education Healthy Life Span Overall life sastisfaction HDI
BIGI - 0,69 0,98 0,49 0,25 -0,65
AADP 0,69 - 0,72 0,21 0,05 -0,77
Education 0,98 0,72 - 0,40 0,12 -0,65
Healthy Life Span 0,49 0,21 0,40 - -0,17 -0,28
Overall life sastisfaction 0,25 0,05 0,12 -0,17 - -0,15
HDI -0,65 -0,77 -0,65 -0,28 -0,15 -

On peut remarquer que si les trois critères sont utilisés avec le même coefficient, en termes de corrélation ils n'ont pas du tout le même poids : l'éducation est à presque 1 avec le BIGI, alors que la Satisfaction de vie globale montre des corrélations très faibles ... voire négative avec la Durée de vie en bonne santé.

BIGI et HDI (Human Development Index)

BIGI et HDI apparaissent globalement corrélés à -0,65, et cette différence se retrouve quand on distingue les 43 pays ayant un BIGI positif des 91 autres :

BIGI Positif BIGI Négatif
Nombre de pays 43 91
BIGI Moyen 0,070911465 -0,034455429
HDI Moyen 0,57022093 0,792502747
HDI Rang Moyen 103,4 50,5

et, comme le montre le graphique 3 de l'étude, c'est surtout l'éducation des filles qui est en cause :

L'édude (Open Access)

Stoet, G., & Geary, D. C. (2019). A simplified approach to measuring national gender inequality. Plos One, 14(1), e0205349. doi:10.1371/journal.pone.0205349

Site d'accompagnement (par les auteurs) : https://bigi.genderequality.info

Traduction de l'Abstract

Le Global Gender Gap Index est une des mesures des inégalités de genre par pays les plus connues, utilisée par à la fois les chercheurs et les décideurs politiques. Nous soutenons que cette mesure présente des problèmes et introduisons une mesure plus simple des niveaux nationaux d'inégalité de genre. Notre mesure est basée sur les différences sexuelles d'opportunité de mener une vie longue et satisfaisante en bonne santé, fondée sur des opportunités d'éducation. Cette mesure capture mieux les différences d'inégalité de genre que les autres mesures, en incluant les résultats qui peuvent être favorables ou non à chacun des sexes, et pas seulement ceux qui sont défavorables aux femmes. Nous nous concentrons sur quelques unes des mesures les plus basiques disponibles pour 134 pays de 2012 à 2016 (les désavantages dans l'éducation de base des enfants, la satisfaction de vie, et la durée de vie en bonne santé) et nous les comparons à d'autres, dont l'Index de Développement Humain de l'ONU. Nous avons trouvé qu'un faible niveau de développement humain est typiquement associé à des désavantages pour les filles et les femmes, et que des niveaux moyens ou élevés de développement sont typiquement associés avec des désavantages pour les garçons et les hommes. Les pays avec le plus haut niveau de développement sont plus proches de la parité, avec un léger avantage pour les femmes. Nous soutenons que les disparités, quand elles sont trouvées, sont liées à la division sexuelle du travail (les rôles traditionnels des sexes) dans les pays à bas niveau de développement, et au sous-investissement dans la médecine préventive dans les pays plus développés.

Abstract

The Global Gender Gap Index is one of the best-known measures of national gender inequality, used by both academics and policy makers. We argue that that this measure has a number of problems and introduce a simpler measure of national levels of gender inequality. Our proposed measure is based on sex differences in the opportunity to lead a long healthy and satisfied life that is grounded on educational opportunities. The measure better captures variation in gender inequality than other measures, with inclusion of outcomes that can be favorable or unfavorable to either sex, not simply unfavorable to women. We focus on some of the most basic measures available for 134 countries from 2012–2016 (i.e., disadvantages in children’s basic education, life satisfaction, and healthy life span) and we relate these to various measures, including the United Nations' Human Development Index. We found that low levels of human development are typically associated with disadvantages for girls and women, while medium and high levels of development are typically associated with disadvantages for boys and men. Countries with the highest levels of human development are closest to gender parity, albeit typically with a slight advantage for women. We argue that the disparities, when they are found, are related to the sexual division of labor (i.e., traditional gender roles) in poorly developed countries as well as the underinvestment in preventative health care in more developed nations.

Notes


  1. David C. Geary, PhD, est l'auteur de Hommes, Femmes : l'évolution des différences sexuelles humaines que j'avais traduit (2003) 

  2. Traduction personnelle depuis :

    • By definition, the GGGI excludes the possibility that men can be less well off than women — this is because the GGGI focuses on women’s advancement
    • The GGGI uses indicators that are only relevant to very few people, such as the percentage of top-level female politicians.
    • The GGGI includes indicators that may be more reflective of choice than of discrimination, such as number of people choosing tertiary education.

    Common Questions about BIGI

  3. Pour éviter les différences de proportion 

  4. Attention : cette moyenne est au niveau des pays, elle ne prend PAS en compte leurs différences de population ! 

  5. Calcul sur MS Excel avec la formule PEARSON(matrice1;matrice2)